Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les veillées funéraires

Bon, le sujet n'est pas joyeux aujourd'hui, mais puisqu'il s'agit d'une coutume dominicaine, pourquoi ne pas en parler?
 
 
Une veillée funéraire en République Dominicaine c’est quelque chose…
Une réunion de famille, de voisins, d’amis, de connaissances plus ou moins vagues du mort.
Souvent ca dépasse la centaine de personnes.
Certaines familles louent des minibus pour s’y rendre.
Après une mort, l’enterrement a lieu assez rapidement (après midi même si le décès a lieu le matin de bonne heure ou lendemain de bonne heure, pour des raisons sanitaires, vu la chaleur ambiante). Ce qui a parfois posé des problèmes, rare est le dominicain qui n’a pas une histoire de mort qui ouvre son cercueil lors de la cérémonie à l’église, ou qui crie, se « réveille » brutalement… histoire ou vérité ???
En général, le cortège marche du salon funéraire ou de la maison (ou le corps du défunt est veillé, ou des prières sont dites en son nom, des chants...) au cimetière municipal derrière le véhicule de pompes funèbres.
Une mort en République Dominicaine, ce sont des cris, beaucoup de cris, plus que des larmes…
Une habitude qui m’a surprise au début : certaines personnes ne se gênent pas pour prendre des photos (souvent avec leur portable) du mort dans son cercueil dans le salon funèbre, de l’épouse en larme sur le caveau, du corbillard…
 
Puis des réunions de prières (rezos) ont lieu tous les jours pendant dix jours, en général y participent la famille et les proches très croyants et se terminent par « el ultimo rezo » (le dernier office), traditionnellement 10 jours après le décès, mais plus couramment le samedi ou dimanche une semaine après le décès qui suit la mort, pour faciliter la participation à ceux qui viennent de loin.
Généralement, les participants sont habillés d’une pièce blanche au moins.
Lors de cette ultime réunion, ou en général un petit chapiteau est loué, tout commes des chaises plastique (des baches pour les plus démunis) ou prêtés par les politiques élus ou en campagne on mange, on boit (en excès), on joue aux dominos.
C’est plus une fête en l’honneur du mort qu’une cérémonie triste.
En général, pour l'occasion, on achète un veau, des chèvres, ou on cuisine le traditionnel sancocho. Au final, c'est une "fête" qui coûte assez cher à la famille du défunt. Une orgie de nourriture et de boisson...
Seule la musique est interdite.
Après ce rezo, la famille retrouve une vie casi normale.
 
D’ailleurs, beaucoup d’expressions ici incitent les gens à continuer leur vie après une mort, même celle d’un être proche : « el muerto al hoyo » : le mort au trou, « el muerto esta jodido » : c’est le mort qui est foutu…
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nany 03/06/2010 20:12



Comme la mort fait partie de la vie,
on devrait pas avoir de problème avec cela,
moi je n'en ai pas et je trouve cela bien de ce réunir
comme tu l'écrit...
Bisous xxx



audrey 03/06/2010 11:50



courage..je suis toujours contente de découvrir de nouvelles choses avec toi:)bisous!!



llm 02/06/2010 21:17



Bonjour,


Ayant vécu 6 mois à Saint Domingue, je découvre avec plaisir votre blog très bien fait et qui permet de continuer à avoir des nouvelles récentes du pays et à se replonger dans l'ambiance...
Merci! continuez!!



delphine 02/06/2010 19:32



C'est un peu pareil au Portugal, c'est impressionnant par rapport à chez nous ...



Marishka 02/06/2010 16:26



Bonjour Emilie


Dans certains pays il y a des pleureuses professionnelles ! C'est au cas où la famille ne pleurerait pas assez ? Chaque
pays ses coutumes pour accompagner ses êtres chers.


bonne journée en RD et gros bisous Marishka