Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Impressions de voyageurs - Olympia

Je vous l'ai certainement dit, cette année, vu la situation sanitaire, je n'ai pas pu rentrer en France pour les vacances d'été. J'ai eu mes congés mi-juin et à ce moment là, les frontières n'étaient pas ouvertes.

Ici aussi, nous étions toujours en période de distanciation sociale, avec interdiction d'accès aux plages, les restaurants n'offrant que des services à emporter et le fameux couvre feu (qui est de vigueur jusqu'au 3 septembre).

Mais il était hors de question que je reste enfermée chez moi, en appartement avec cette chaleur... et au final, j'ai pris cette situation de force majeure pour une opportunité... celle d'aller découvrir une région de la République Dominicaine que j'avais l'énorme envie de connaitre, mais qui est un peu éloignée géographiquement, donc difficile d'aller y séjourner pour un week-end: la Péninsule de Samaná.

Depuis des années, je suis Olympia sur son blog et ses réseaux sociaux. Ses photos sont magnifiques (on note le côté pro) et son amour pour un petit village de la péninsule me donnaient encore plus envie d'y aller. Et l'idée brillante est arrivée: et si je la contactais pour savoir ou séjourner en cette période si exceptionnelle?

Je peux vous dire que grâce à Olympia et ses conseils avisés, notre séjour s'est déroulé à merveille. Malgré la situation, nous avons pu profiter d'endroits paradisiaques d'une façon plus qu'appréciable: il n'y avait personne d'autre que nous sur des kilomètres de plage.

Nous avons partagé quelques jours fort agréables avec Olympia à Las Galeras et nos longues conversations autour d'un verre (de rhum ou de vin, au choix, mais toujours avec du saucisson ou du pâté!) m'ont amené à lui poser mes traditionnelles questions de l'interview du voyageur.

Elle a tellement de choses à nous raconter sur ce beau pays que cette interview sera divisée en deux parties... La partie impressions de voyageur, qui au fil des mois se convertira en impressions d'expat (ce sera la partie 2). 

 

Dans quel cadre es-tu venue en République Dominicaine ?

Comme la plupart des gens, je suis venue une première fois en République dominicaine pour 8 jours dans un hôtel tout inclus de Punta Cana. J'avais 28 ans et j'ai passé un très beau séjour avec la sensation toutefois d'être parquée et de vraiment "manquer quelque chose". J'avais l'habitude de voyager de façon indépendante en organisant moi-même mes activités, le "tout-inclus" ce n'était pas trop mon truc. La plage de l'hôtel était très belle, la mer superbe, mais le temps m'avait semblé trop court et surtout malgré mes sorties hors de l'hôtel j'avais envie de découvrir un peu mieux le pays.

Je suis revenue une deuxième fois dans un tout autre contexte: je venais de me séparer de mon copain et une amie qui avait trouvé un super bon plan sur internet m'a proposé de l'accompagner pour me changer les idées. Les photos de la plage et des alentours de l'hôtel étaient paradisiaques. Le descriptif vantait la région pour être sauvage et hors du tourisme de masse. J'ai accepté et j'ai emporté de quoi lire et écouter de la musique pendant mon séjour. Ma copine avait de la famille à La Vega (dans le centre du pays), et allait s'absenter une partie du temps pour leur rendre visite. Je redoutais un peu de m'ennuyer toute seule, mais c'est l'effet inverse qui s'est produit. J'ai ressenti une sensation de paix intérieure inexplicable dès que j'ai posé le pied sur la plage de l'hôtel. C'était aussi un "tout-inclus", mais par sa taille et ses installations, il avait une dimension plus humaine, moins "parc à loisirs" que ce que j'avais connu. J'avais une vue de rêve sur la cocoteraie et les couchers de soleils depuis mon balcon.

Le coup de foudre a été immédiat et n'a fait qu'amplifier durant mon séjour.
Le personnel était chaleureux, attentionné avec toujours un petit mot gentil.
Malgré les recommandations du tour opérateur (car je connaissais la technique des "tout-inclus" qui vous incitent à prendre les excursions qu'ils vendent dès la réunion de bienvenue), je m'étais aventurée hors de l'hôtel, découvert des endroits de rêve et j'avais fait connaissance de quelques locaux attachants du village… j'étais littéralement tombée amoureuse de… Las Galeras!

 

Pourquoi as-tu décidé de t'installer en République dominicaine ?

Ma passion pour Las Galeras et la République dominicaine est devenue envahissante! Je n'écoutais presque plus que de la bachata, je revenais régulièrement en louant un hébergement dans le village, et les photos de ces paysages de rêve que j'avais accrochées dans mon bureau me faisaient de l’œil à longueur d'année… surtout les jours de grisaille !

En 2011 j'ai pris une année sabbatique avec l'intention de m'installer 6 mois à Las Galeras, mais j'ai finalement décidé de faire un tour du monde de 8 mois, dont 2 que je passerai sur place. Plutôt que de me lasser de ce village et bien qu'au fil de mes nombreux voyages j'ai vu nombre des plus beaux endroits de la terre, j'ai réalisé que c'était là que je voulais vraiment être. Un an plus tard j'ai perdu mon emploi dans l'audiovisuel et l'année suivante je m'installais "pour de bon" à Las Galeras. Je ne savais pas de quoi j'allais vivre, mais mon tempérament de baroudeuse, mon sens de la "débrouille" et mon parcours professionnel me disaient que je m'en sortirais.

As-tu ressenti un "choc culturel"? Si oui, à quel niveau?

Bien entendu, le choc est important. D'abord, il faut savoir que j'ai vécu toute ma vie à Paris intra-muros, entourée d'un choix infini d'activités, de sorties culturelles ou festives, de divertissements, d'opportunités de travail, de rencontres, d'amis et de ma famille. Je me retrouvais du jour au lendemain dans un village de pêcheurs en zone rurale, à 4 heures de la capitale avec en tout et pour tout 3 supérettes, une dizaine de bars et restaurants une petite communauté française et évidemment les locaux, rien de plus. C'est un peu comme si j'étais partie vivre au fin fond de la Creuse, avec en plus les différences culturelles!

Étrangement, c'est au fil du temps que le choc culturel s'est fait ressentir plus intensément. Au départ tout était différent et fascinant, j'étais en état d'euphorie permanent. Avec le temps, les choses se sont tassées, j'ai pris mes marques et découvert aussi l'envers du décor, car aucun endroit n'est parfait… le bien-être dépend aussi de soi-même.

J'ai voyagé dans plus de 40 pays et rencontré quantité de personnes de nationalités différentes, pourtant, j'ai été moi-même très surprise de constater que ma capacité d'adaptation était limitée dans le temps. Que même si je suis un "melting-pot" à moi toute seule de par mes origines diverses, je reste malgré moi une française qui aime les arts de la table, nos plats nationaux, les conventions, la précision, oui La Précision !… Finalement j'en conclus que nos habitudes de vie sont flexibles mais pas forcément de façon définitive.

 

Comment décrirais-tu les dominicain.e.s?

Les dominicains sont des bons vivants. Ce sont des gens chaleureux, joyeux, qui aiment la compagnie, la fête et n'hésitent pas à vous inviter partager leur repas, à vous offrir une chaise pour vous asseoir. Ils ont un côté nonchalant qui peut troubler voire agacer.

A de nombreuses occasions j'ai pu constater à quel point ils peuvent être prêts à vous aider: d'ailleurs sur mon blog je raconte certains aspects de nos différences culturelles mais également des singularités étonnantes qui me font penser à certains traits que l'on attribue aux asiatiques comme le manque de franchise (le mensonge diront d'autres).

 

Pour ma part j'interprète leurs mensonges comme une façon d'éviter de contrarier l'autre. Méfiez-vous, les dominicains ne savent pas dire non… mais de la parole aux faits, il y a un monde!

 

Qu'est ce qui te plaît le plus en République Dominicaine?

Comme je l'ai raconté plus haut, c'est un véritable coup de foudre que j'ai eu pour le village de Las Galeras dans a péninsule de Samaná. Même s'il a beaucoup changé depuis ma première visite en 2002, je crois que je garde encore en moi l'image de ce village de pêcheurs "du bout du monde" avec ses habitants qui vous saluent au passage.

Le pays recèle de trésors encore totalement inconnus; j'aime cette impression de découvrir un nouvel Eden lorsque je visite une nouvelle région. J'aime parcourir les routes vallonnées entre les prairies et les cocotiers.

En République dominicaine l'on ressent une grande liberté. Beaucoup de "Gringos" (étrangers) viennent d'ailleurs s'y installer pour cette permissivité. On circule sans ceinture, sans casque, il y a très peu d'interdits et même s'ils existent ils ne sont pas respectés.

Paradoxalement, lorsque l'on vit ici on finit par se plaindre de ce laxisme qui au final permet tout et n'importe quoi.

 

 

Qu'est ce qui te plaît le moins en République dominicaine ?

Au quotidien, c'est l'imprécision des dominicains qui me gêne le plus. Je trouve que ce mot résume à lui seul le trait de caractère qui me dérange le plus. L'imprécision dans les horaires, les descriptions, les indications, les directions... tout!

Sur un plan plus général, c'est le manque de respect envers l'environnement qui me chagrine énormément. Même si j'ai conscience que c'est un manque d'éducation et que c'est une question de temps (souvenons-nous que nous n'avions pas de conscience écologique il y a 50 ans), j'ai peur que les dominicains détruisent leur fabuleux patrimoine au profit d'un capitalisme qui ne profite qu'à la classe qui a le pouvoir.

Enfin, la corruption à tous les niveaux est l'un des éléments clés qui gangrènent la République dominicaine et je souhaite de tout cœur que la jeune génération se "réveille".

En attendant la suite de cet article, vous pouvez aller vous régaler avec l'article d'Olympia, les plus belles plages de Samana: on clique ici!

Voici juste un aperçu: Playa Frontón que nous avons eu le plaisir de découvrir durant notre séjour. J'en suis restée impressionnée (je vous en parlerai plus longuement dans un article spécial).

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CathyRose 31/08/2020 05:34

J'admire les gens qui peuvent tout quitter pour vivre leurs rêves, bravo !
Désolée de ne passer que maintenant mais j'étais en pause.
Belle semaine
Cathy

Plume et Prose 29/08/2020 15:52

Quel bel article

dine avec Sandrine 29/08/2020 10:14

Bel article!
Nous non plus, nous ne sommes pas partis.... Situation sanitaire peu engageante!!! Sommes restés dans notre région et nous avons profité de nos montagnes et de nos lacs.
Dine avec Sandrine

Nadège 27/08/2020 11:34

Il est très intéressant ton article cela permet d'avoir une vision "juste",
bonne journée
bizzz

papillonmyosotis 26/08/2020 17:25

Une belle façon de (re)-découvrir ton île :)